Blog

Home » Blog » Que manger pour prévenir l’inflammation chronique

Que manger pour prévenir l’inflammation chronique

Fév 9, 2020 | Médecine Générale, Médecine préventive

Alimentation anti-inflammatoire: que manger pour lutter contre l’inflammation chronique, à l’origine de nombreuses maladies?

« L’inflammation chronique, liée à notre mode de vie, serait à l’origine de nombreuses maladies, du diabète à l’asthme, en passant par les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, le diabète et les rhumatismes… ».

L’inflammation chronique « est exacerbée par des facteurs environnementaux tels que le stress, la pollution intérieure et extérieure, et par une alimentation déséquilibrée et trop riche, qui va venir encrasser l’organisme », explique Laetitia Proust Millon, diététicienne nutritionniste.

« L’inflammation chronique a une part avérée dans les principales maladies qui tuent, comme le cancer, les maladies neurodégénératives ou encore les maladies cardiovasculaires », confirme Dr Frédéric Saldmann, cardiologue et nutritionniste, auteur de Votre santé sans risque (éd. Albin Michel). « Alzheimer, arthrose, cancer, diabète, maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, obésité ou encore psoriasis, polyarthrite rhumatoïde et sclérose en plaques, toutes ces pathologies appartiennent à la longue liste des maladies liées à une inflammation chronique dans l’organisme », détaille Laëtitia Proust-Millon.

« Elle se traduit par de nombreux symptômes, qui peuvent se manifester partout dans le corps. Cela se voit à la qualité altérée de la peau et des cheveux, si vous êtes sujet à des migraines répétées, à des maux intestinaux chroniques ou à des crises d’acné fréquentes. Idem si vous souffrez régulièrement d’infections de type cystite, otite ou sinusite : ce sont des affections inflammatoires qui, si elles ne sont pas bien prises en charge, peuvent générer une inflammation chronique », avertit la nutritionniste.

« Certains aliments ont un effet pro-inflammatoire et d’autres ont au contraire des propriétés anti-inflammatoires avérées », expose le Dr Frédéric Saldmann.

« Et sans surprise, les aliments qui favorisent le plus l’inflammation chronique sont aussi ceux qui favorisent diabète de type 2, cholestérol et obésité. Beurre, charcuteries, pain blanc et sucreries ne sont pas nos amis », souligne le journal. « Il y a également un lien entre l’inflammation chronique et les additifs chimiques contenus dans les plats et aliments ultra-transformés. Une consommation élevée de produits riches en sucre favorise aussi l’inflammation chronique et a des effets délétères importants : l’augmentation du taux de sucre dans le sang va entraîner la sécrétion d’insuline, mais quand le procréas – qui produit l’insuline – est trop sollicité, à terme cela déclenche un processus inflammatoire », avertit Laëtitia Proust-Million.

« Pour prévenir l’inflammation chronique, il faut soigner le contenu de son assiette », assure 20 Minutes. « Privilégier les aliments à indice glycémique (IG) bas, pour éviter les variations trop importantes de la glycémie », conseille la nutritionniste. Ensuite, « il faut mettre de la couleur dans son assiette, et miser sur les fruits et légumes de toutes les couleurs, riches en nutriments anti-inflammatoires, en vitamines et en fibres », préconise Laetitia Proust Millon.

Et « on limite sa consommation de viande rouge. On privilégie les viandes maigres, mais aussi les poissons gras (saumon, maquereau, hareng, sardine), riches en oméga 3 aux vertus anti-inflammatoires », ajoute Patrick Assyag, cardiologue et vice-président de la Fédération française de cardiologie (FFC).

« Pour agrémenter son assiette, on mise sur les épices et les herbes fraîches »: « piment, curcuma, cannelle, gingembre ou encore coriandre ont des propriétés anti-inflammatoires et donneront du goût et du peps à votre cuisine. Du côté des huiles, on mise sur l’huile de colza ou de lin, les plus riches en oméga 3, et sur l’huile d’olive, ingrédient phare du régime méditerranéen. Et pour le goûter, on se fait plaisir avec une poignée de noix, riches en oméga 3 », poursuit la nutritionniste.

« La notion de plaisir reste primordiale, sinon cela ne fonctionne pas dans la durée. Il faut trouver le bon équilibre entre une alimentation quotidienne anti-inflammatoire saine, mais qui autorise des plats ou aliments un peu moins sains de temps en temps pour continuer à se faire plaisir en mangeant », conseille la nutritionniste.

De plus, « si l’on mange un burger au fromage et au bacon, bien gras, ce n’est pas terrible, mais si on le mange avec un avocat, cela réduit de 30% l’inflammation digestive », indique Frédéric Saldmann. Et pour réduire l’inflammation digestive, « il faut aussi réduire la quantité de ce que l’on mange. On mange trop, or manger trop favorise l’inflammation », assure-t-il.

Enfin, « il faut veiller à pratiquer une activité physique régulière et adaptée, l’effort physique a un effet anti-inflammatoire », prescrit le Dr Assyag, cardiologue.

 

Docteur Marc Adasy. Médecin Généraliste à Empuriabrava et Médecin hospitalier à l’Hôpital de Perpignan, Ancien Médecin Hospitalier au CHU Dupuytren Limoges.

Tu pourrais aussi aimer…

error: Le contenu est protégé!!
+ 33 664 732 441